Articles

iD Citoyennes : Du street workout à Aytré grâce au budget participatif

,

David, habitant de la Ville d’Aytré, s’est emparé du budget participatif de sa commune pour favoriser la diffusion d’une nouvelle pratique sportive : le street workout. Si vous l’ignorez, le street workout est une discipline qui se pratique en extérieur et qui mêle des exercices issus de la gymnastique et de la musculation. David et Laurie, les deux co-porteurs du projet, ont saisi l’opportunité du budget participatif d’Aytré pour déposer un projet de création d’un parcours de street workout. Ce projet a pour but de “permettre aux personnes qui n’ont pas les moyens de payer un abonnement en salle, de pratiquer gratuitement et librement le fitness ou la musculation”.

Une pétition pour mobiliser

Avant de proposer leur projet au budget participatif, David et Laurie ont fait circuler une pétition auprès de leurs amis, familles, voisins et des sportifs de la commune pour évaluer l’attente d’un projet de ce type. Après plus de 200 signatures et la création d’une page Facebook pour promouvoir le projet, un dossier est déposé sur https://budgetparticipatif.aytre.fr/.

Pour convaincre les Aytrésiens de voter en faveur du parcours de street workout, les co-porteurs du projet ont fourni un travail conséquent : “On avait fait faire quelques devis auprès de certains constructeurs, on a créé un dossier avec des images de simulation d’implantation au lac avec des photos prises du ciel. On a conçu un gros dossier et ça a plu autant aux élus qu’aux habitants d’Aytré”. Des efforts payants puisque le projet est choisi par les Aytrésiens à l’issue de la phase de vote.

Un partage mutuel dans la réalisation du projet

A ce jour, le projet est toujours en cours de réalisation. David et Laurie sont régulièrement consultés par la Ville d’Aytré : “J’ai participé à une réunion fin juin pour nous demander de choisir quel constructeur nous intéressait le plus. On avait le choix entre 5 ou 6 constructeurs pour donner un ordre de préférence”. David apprécie particulièrement ce “partage mutuel” et de ne pas avoir été “mis sur la touche” une fois le projet voté par les habitants.

Le budget participatif de la Ville d’Aytré est selon David “un beau projet” qui “permet de répondre à certaines demandes et certaines envies”. Il apprécie cette démarche dont la vertu est “d’entendre les citoyens”. Les Aytrésiens n’ont plus que quelques mois à attendre pour pouvoir profiter du parcours de street workout et se dépenser sans compter !

iD Citoyennes : valoriser les métiers manuels auprès des jeunes avec « l’outil en main »

,

La Ville de Grand-Champ a mis en place une plateforme de boîte à idées numérique en 2016. Parmi les projets soumis à la Ville et dorénavant mis en oeuvre, figure “l’outil en main du Loc’h”. Nous avons échangé avec le président de l’association pour en savoir plus sur cette initiative citoyenne.

La boîte à idées de Grand-Champ

Tristan Gesret est chargé de la mise en place des projets déposés sur la boîte à idées pour la Ville de Grand-Champ. Après la validation politique de l’idée, c’est lui qui a coordonné les différents acteurs jusqu’à la concrétisation du projet sous forme d’association. Une fois son travail réalisé, il a décidé de rester lié à l’association : “le projet m’a plu et j’ai décidé de continuer après bénévolement pour l’association”.

Une association intergénérationnelle

L’objectif de l’association “L’outil en main du Loc’h” est de “faire connaître et redorer l’image des métiers manuels et du patrimoine auprès des enfants”. L’association accueille tous les mercredi des jeunes de 9 à 14 ans pour les initier aux métiers manuels aux côtés d’artisans. Les enfants peuvent s’initier à de nombreux métiers différents : “on propose 17 métiers. maçonnerie, cuisine, plomberie, bijouterie, poterie…”. L’association souhaite garantir “une relation privilégiée entre l’enfant et l’artisan”. Pour cela, le ratio est de deux jeunes maximum par artisan lors des activités. L’association compte aujourd’hui une trentaine de bénévoles, dont 23 gens de métier. Des artisans qui aiment leur métier et qui aiment surtout transmettre leur savoir-faire.

Pour donner vie à cette association, Tristan gesret a “organisé des réunions publiques de présentation du projet, fédéré un noyau dur d’artisans bénévoles, cherché des financements” et visité l’outil en main du Pornichet pour profiter de leur expérience. La Ville de Grand-Champ a également mis à disposition de l’association un local de 400 m2. Le projet a vu le jour en 9 mois seulement.

Des effets sur l’orientation des jeunes

L’association est victime de son succès car elle ne possède pas suffisamment de bénévoles pour répondre à la demande. Pour cause, les outils en main créent des vocations : “l’association nationale des outils en main indique que 40% des jeunes qui ont participé à des activités de l’association s’orientent ensuite vers des filières manuelles”. Les centres de formation d’apprentis l’ont bien compris et l’outil en main du Loc’h a lié un partenariat avec le centre de formation d’apprentis de Vannes pour “permettre aux enfants de découvrir les possibilités d’orientation qu’ils ont après le collège”.

De nouveaux projets

Désormais, le but de l’association est de mettre “le projet sur les bons rails” avant de se tenirprêt à ouvrir à un plus large public” : adultes et établissements spécialisés par exemple. Un autre objectif est de “développer les outils en main sur Vannes agglomération”. En à peine un an, la contribution déposée par une citoyenne sur la plateforme de la boîte à idées numérique de Grand-Champ a pris de l’ampleur. Une réussite qui va bientôt être suivie par la concrétisation de nouveaux projets !

En savoir plus sur “L’outil en main du Loc’h”.

 

iD Citoyennes : protéger les abeilles grâce au budget participatif

,

En 2017, les Lanestériens ont choisi d’élire le projet “Des ruches sur les toits” au budget participatif. Bernard, retraité du domaine de la construction navale et habitant de Lanester depuis toujours, est le porteur de ce projet.

De l’apiculture urbaine à Lanester

En s’informant, Bernard a appris que “les ruches et les abeilles se plaisent désormais mieux en ville qu’à la campagne à cause des pesticides qui y sont déversés”. Par ailleurs, il a fait le constat que “Lanester est une ville très fleurie” et que la municipalité s’est engagée à entretenir ses espaces naturels sans utiliser de produits phytosanitaires. Bernard trouvait “dommage qu’il n’y ait pas d’abeilles pour butiner” les nombreuses fleurs de la ville. C’est pourquoi il a proposé son projet d’apiculture urbaine au budget participatif de la Ville.

A l’origine, Bernard proposait d’implanter les ruches sur les toits de quelques bâtiments publics. Cependant, “le projet n’était pas acceptable en l’état pour des raisons de sécurité”. Finalement, l’installation des ruches a migré vers une ferme pédagogique installée à Lanester. Ainsi, le projet qui visait à protéger les abeilles possède désormais un rôle de sensibilisation à cette cause auprès de la population.

Du miel un an après le budget participatif

Suite à la sélection du projet, un apiculteur professionnel a été contacté pour superviser la démarche. Trois ruches sont déjà installées à la ferme pédagogique. Deux nouvelles ruches et deux essaims d’abeilles vont être implantés grâce à l’enveloppe du budget participatif. Cette dernière permet également d’acheter du matériel et de financer une formation aux bénévoles qui animeront des ateliers auprès des visiteurs de la ferme pédagogique. La première extraction de miel a eu lieu en septembre. Seulement un an après la fin de l’édition 2017 du budget participatif !

Quel avenir pour les budgets participatifs ? Entretien avec Gilles Pradeau.

,

Suite de notre échange avec Gilles Pradeau sur le développement des budgets participatifs en France (accès au premier article). Au programme de ce second article : décryptage de l’avenir des budgets participatifs et de leur diffusion à d’autres types d’organisations que les municipalités. Entretien réalisé au mois de septembre 2018.

Une recherche d’équilibre territorial

Lors de son importation en France, le budget participatif a subi quelques modifications : “En terme de définition on s’éloigne de plus en plus de ce qui existe en Amérique latine”. Sa dimension sociale a quasiment disparue par exemple. Elle demeure sur quelques démarches : “l’aspect redistributif en France a parfois tendance à se faire lorsque dans les règlements il est précisé qu’on sélectionne au moins un projet par quartier”. Certaines collectivités tiennent à conserver une forme d’équilibre territorial et à ne pas favoriser un quartier plus qu’un autre.

En termes de légitimité, Gilles Pradeau se demande si le budget participatif ne conduit pas à favoriser des projets peu structurants, voir déstructurants pour l’urbanisme : “les budgets participatifs ne contribuent pas à ce jour au débat sur la planification urbaine : les projets poussent sans cohérence d’ensemble, car il n’y a pas de débat sur l’intégration du budget participatif dans le projet global d’une ville, et le suivi des projets peut être chronophage pour des équipes techniques qui ne voient pas toujours l’intérêt de consacrer du temps à des projets venant de « simples citoyens ». Certains services peuvent en effet voir leurs priorités de chantier, décidées en fonction de leur expertise, bouleversées par quelques centaines de citoyens. Ce choc de légitimités est d’autant plus conséquent lorsque « ni les habitants ni les services ne peuvent garantir la fiabilité du vote, car la fraude est rarement contrôlée, à l’exception de Grenoble« .

Les budgets participatifs : un effet de mode ?

Entre 2014 et 2018, le nombre de budgets participatifs est passé de 4 à 110. Cet important développement lors des dernières années est-il le résultat d’un effet de mode ou d’une tendance qui va se fortifier à l’avenir ? Pour Gilles Pradeau, la réponse “dépend du résultat des prochaines élections municipales”’ mais aussi “du sens que les nouvelles équipes vont investir dans le budget participatif”. Dès lors, de nombreuses questions se posent. Est-ce que les nouvelles équipes municipales vont conserver les démarches déjà mises en oeuvre dans leur commune ? Est-ce que ces démarches vont accorder des enveloppes budgétaires plus importantes ?

Il paraît difficile de donner des pronostics sur les évolutions du budget participatif en France après 2020. Une chose est certaine, l’avenir du budget participatif ne serait pas lié à un parti politique plutôt qu’un autre : “on peut avoir des élus très démocrates ou très autocrates dans n’importe quel parti”.

Par ailleurs, le maintien des budgets participatifs actuels va aussi dépendre de leur degré d’institutionnalisation au sein de la collectivité. Certains cas, comme celui de Porto Alegre, continuent d’exister “de manière zombie”. Gilles Pradeau nous explique que ce budget participatif est maintenu en vie de manière artificielle car “c’est une marque de fabrique de la ville qui continue de faire venir des chercheurs”. De fait, seulement 25% des projets du budget participatif de Porto Alegre auraient été réalisés sur la dernière mandature.

Le Gers : Département pionnier des budgets participatifs

Le budget participatif n’est pas réservé aux communes. Progressivement, le dispositif se diffuse à d’autres organisations et d’autres échelles territoriales. Quelques offices HLM en région parisienne disposent d’un budget participatif, ainsi que quelques universités avec des sommes encore modestes.

Le Département du Gers est le premier Département français à s’être lancé dans l’aventure du budget participatif. Il a attribué une enveloppe d’un million d’euros et plus de mille projets ont été déposés sur sa plateforme de budget participatif. Malgré des “marges de manœuvre budgétaires très faibles” pour les départements, Gilles Pradeau ne voit “aucune contre-indication” à ce que d’autres départements lancent un dispositif similaire. De même pour les régions, à l’image de la Région Poitou-Charentes et son initiative de budget participatif des lycées, lancée en 2005 et arrêtée depuis.

Néanmoins, plus les mandats approchent de la fin et plus les chances de voir arriver de nouveaux budgets participatifs s’amoindrissent. En effet, il est très peu probable que les projets choisis puissent se réaliser avant la fin des mandats, ce qui “pose un problème de légitimité”. Après une période de transition à venir, il faudra donc observer si les budgets participatifs connaîtront à partir de 2020/2021 une nouvelle vague de développement.

 

Nous remercions Gilles Pradeau de nous avoir accordé du temps pour réaliser cet entretien. Pour suivre son actualité : Twitter.

Lien vers le cours vidéo “concevoir un budget participatif” réalisé par Gilles Pradeau pour le Master “ingénierie de la concertation” de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre plateforme de budget participatif !

iD Citoyennes : une give box pour donner une seconde vie aux objets quotidiens

,

Rencontre avec Anthony, porteur d’un projet de l’édition 2017 du budget participatif de Talence

Anthony est porteur d’un projet de give box dans le cadre de l’édition 2017 du budget participatif de la Ville de Talence. L’idée lui est venue lors de sa mission de service civique au CROUS de Bordeaux. Son rôle était de sensibiliser les étudiants au développement durable. Il a profité du budget participatif de sa commune pour attirer l’attention des Talençais sur ce sujet.

Une give box (“boîte à donner” en français), est une cabine installée sur l’espace public et dans laquelle les habitants peuvent “déposer des objets ou des vêtements de taille moyenne, pas plus gros qu’un micro-onde”. L’objectif est de “redonner une seconde vie à des objets dont on n’a plus l’utilité” mais qui pourraient servir à d’autres personnes “plutôt que de le jeter”.

Source : https://www.facebook.com/Givebox

Les give box contribuent ainsi à réduire les déchets et à préserver nos ressources naturelles. Anthony a élaboré son projet en prenant le soin de garantir une répartition géographique et sociale équitable du territoire : “il y a des give box sur trois zones et trois quartiers avec une population différente. Une en centre ville, une autre dans un endroit pavillonnaire et une dernière dans un quartier populaire et plus dense”.

Le porteur de projet nous confie qu’il n’a “pas fait grand chose” pour que son projet soit choisi par les Talençais. Il a fait un peu de publicité sur ses réseaux sociaux personnels mais il s’est surtout appuyé sur la communication menée par la Ville de Talence : “les services de la mairie qui s’occupaient du budget participatif ont créés et imprimés des affiches de présentation des projets avec des photos et un texte explicatif”. Les porteurs de projets ont également été conviés à une réunion pour présenter leurs idées aux habitants.

Un contact continu avec la Ville

A l’issue de la phase de vote, Anthony a été “mis en contact avec le service développement durable de la Ville de Talence tout au long du processus”. Il est fréquemment consulté sur les avancées du projet et a notamment choisi l’emplacement exact des give box dans les quartiers d’implantation. Elles seront installées au cours du mois de septembre.

Enfin, Anthony se réjouit que la Ville de Talence propose un budget participatif. Selon lui, “souvent on se plaint que dans des grandes villes, en tant que citoyen, on n’a pas forcément le pouvoir d’agir”. Avec une enveloppe de 350 000 euros en 2018 et une population de 42 171 habitants, le budget participatif de la Ville représente 8.30€ par habitant. Une enveloppe qui a permis à Anthony de concrétiser son projet bénéfique pour la planète !

Analyse critique des budgets participatifs. Entretien avec Gilles Pradeau.

,

Les démarches de budgets participatifs se sont multipliées en France ces dernières années. iD City a échangé avec Gilles Pradeau, doctorant de l’université de Westminster, qui réalise une recherche comparative des budgets participatifs français et brésiliens pour décrypter ce phénomène. Dans cette série de deux articles, nous vous proposons une analyse critique des budgets participatifs français. Entretien réalisé au cours du mois de septembre 2018.

Un contexte technologique favorable

Depuis les dernières élections municipales de 2014, le nombre de budgets participatifs en France a considérablement augmenté. Le nombre de démarches de ce type est passé de 4, en 2014, à près de 110 aujourd’hui. Selon Gilles Pradeau, le principal facteur d’explication est “un contexte technologique porteur”. Le plus souvent, les collectivités utilisent le numérique pour “collecter les idées par des formulaires d’envoi de mail”. La technologie facilite donc la phase de dépôt des projets mais n’est pas toujours synonyme de plus de transparence car les projets soumis ne sont pas toujours publics. Seulement 13%* des cas permettraient aux citoyens de commenter les projets soumis grâce à une plateforme numérique de budget participatif.

Gilles Pradeau explique également le développement des budgets participatifs par l’essoufflement d’un autre dispositif de participation : les conseils de quartiers. Il a calculé que “57% des villes de plus de 100 000 habitants ont un budget participatif”. Face aux vieillissants conseils de quartiers, le budget participatif est un moyen de redynamiser la participation citoyenne des pôles métropolitains : “les villes centres sont toujours à la recherche des dernières idées innovantes pour améliorer la communication avec leurs citoyens”. Néanmoins, Gilles Pradeau juge que ce phénomène est assez ambivalent. D’un côté, “on redonne un peu de poids aux citoyens” et de l’autre “il y a des baisses de dotations de l’Etat” qui augmentent les contraintes budgétaires des collectivités. Si bien que le budget participatif donne “un coup de projecteur sur une petite enveloppe du budget total alors que par ailleurs d’autres choix plus drastiques sont pris sur 99% du budget restant”.

L’écoute sélective des budgets participatifs

En matière de transparence, les budgets participatifs sont généralement assez peu exemplaires. Gilles Pradeau observe que “sur l’ensemble du budget des collectivités, il n’y pas d’effort de pédagogie en parallèle des budgets participatifs”. De nouveau, le contexte technologique est pourtant favorable avec l’essor des plateformes d’open data mais les collectivités ne s’en sont pas véritablement emparées.

De plus, les démarches en elles-mêmes ne sont pas toujours très transparentes dans leurs fonctionnements : “il y a une grosse marge de progrès à avoir, notamment sur la manière dont les projets sont réellement choisis”. Notre interlocuteur a calculé qu’en 2017, “la Ville de Paris a recalé près de 82% des projets déposés par les citoyens entre le moment où les suggestions sont faites et celui où on passe au vote”. (La Mairie de Paris ne partage pas cette analyse et nous a fourni ses chiffres. Voir encart en bas de l’article).

Ainsi, malgré des critères explicitement indiqués dans les règlements, il existerait parfois “un filtre qui ne porte pas son nom”. Gilles Pradeau précise : “ce sont des cas typiques d’écoute sélective, comme le dit Sintomer. Derrière un processus qui paraît très ouvert, il y a pleins de choix qui s’opèrent pour ne sélectionner que les projets qui plaisent à la municipalité. Que ce soit au niveau politique ou technico-administratif”.  

Le principal défaut mentionné des budgets participatifs français est un manque de justification des projets recalés : “la plupart des budgets participatifs ne communiquent absolument pas sur les raisons pour lesquelles les projets ont été recalés”. Quand c’est le cas, cette information est la plupart du temps réservée au porteur du projet concerné et ne fait pas l’objet d’une communication publique. Parfois, cette information est diffusée uniquement lors de réunions publiques et non sur les sites web des collectivités ou les plateformes de budget participatif.

Des processus délibératifs sous-exploités

Lors d’un budget participatif, la délibération peut se matérialiser sous différentes formes. La première est “une dimension en ligne comme iD City, qui permet de commenter les propositions tout au long de la démarche”. Gilles Pradeau juge nécessaire de coupler l’usage d’une solution de budget participatif avec l’organisation de réunions publiques. Selon ses observations, elles sont souvent animées par des tiers mais il a vu qu’il était “encore assez courant que ces réunions continuent d’être présidées et animées par des élus”. En particulier dans les petites villes qui ne disposent pas toujours de services dédiés au budget participatif.

Le plus souvent, la délibération est assurée par des réunions visant à échanger autour des projets proposés par les citoyens. Cependant, Gilles Pradeau estime que cette manière de faire n’est pas la meilleure : “le biais des budgets participatifs français est de discuter des projets d’emblée, sans discuter des besoins”. Il prend l’exemple de la commune de Couhé (86), qui travaille avec une facilitatrice pour faire une liste des besoins avec les habitants. A partir des besoins recensés, les habitants proposent ensuite des projets associés.

A Porto Alegre, une réflexion similaire existe. Gilles Pradeau en a été témoin : “là-bas il y a une vraie réflexion sur les priorités. A savoir ce qui est prioritaire entre la rénovation urbaine ou la vie culturelle par exemple”. Il regrette que cette manière de faire soit quasiment inexistante en France : “les budgets participatifs en France, que l’on regarde comment se construisent les projets et la manière dont est fait le vote, il n’y a jamais cette discussion pour politiser les gens au sens noble, pour échanger sur la vie de la cité et en termes de dépenses publiques”. Il estime que les budgets participatifs ne devraient pas se contenter d’être des “boîtes à idées sur laquelle on va voter pour des projets” mais également contenir un objectif pédagogique fort. Ceci pour pallier à la méconnaissance du fonctionnement de l’action publique et du budget des collectivités en particulier.

* : Gilles Pradeau, Participatory budgeting un France : Opening local budgets or lipservice ?

Retrouvez dans quelques semaines la suite de notre entretien avec Gilles Pradeau ! Pour ne rien rater, suivez nous sur les réseaux sociaux : Twitter et Facebook.

Lien vers le cours vidéo “concevoir un budget participatif” réalisé par Gilles Pradeau pour le Master “ingénierie de la concertation” de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre plateforme de budget participatif !

 

Sur les 2446 projets déposés en 2017, 905 ont été soumis au vote, après avoir été, pour certains, regroupés par le biais d’ateliers de co-construction notamment. De ce fait, les 484 projets affichés sur nos bulletins de vote relevaient pour partie de regroupements. Ces regroupements sont eux-mêmes organisés à la suite d’analyses qui montrent leur utilité pour garantir la lisibilité des bulletins de vote et l’appropriation de ce processus par un large nombre de Parisien.ne.s. Au final, c’est donc 63% des projets qui sont refusés, et non 82%. Sur ces 63% de projets refusés, soit 1541 projets : 1052 (68%) le sont car ils ne répondent pas aux règles –énoncées en toute transparence au moment du dépôt des propositions- de recevabilité (projet d’investissement relevant des compétences de la Ville, contribuant à l’intérêt général et n’induisant pas de coûts de fonctionnement trop élevés). En bref : dès lors qu’ils sont recevables, 2 projets sur 3 sont faisables et mis au vote.

Le service de la participation citoyenne de la Ville de Paris

Interview de Nicolas Bernard, responsable du service développement durable / agenda 21 de la Ville de Concarneau

Rencontre avec Nicolas Bernard sur la concertation numérique à Concarneau

La ville de Concarneau (19200 habitants, située dans le Finistère) a recours à la concertation numérique en complément des dispositifs physiques existants. Rencontre avec Nicolas Bernard, responsable du Service Développement Durable / Agenda 21 à la Mairie. Entretien réalisé au cours du moins de février 2018.

Quels sont les dispositifs physiques en place dans votre ville favorisant le dialogue avec les citoyens ?

Nous avons mis en place des conseils de quartier afin de favoriser le dialogue avec les citoyens, que nous complétons avec des enquêtes publiques et des réunions publiques le cas échéant. Pour certains projets, nous prévoyons des dispositifs spécifiques, comme des groupes de travail ou des ateliers citoyens, mais ces derniers restent relativement rares.

Quels sont pour vous les avantages de ces dispositifs ?

Si je prends l’exemple des conseils de quartier et des réunions publiques, ils permettent de créer des espaces de dialogues, de rencontres et d’écoute mutuelle entre la ville et ses habitants. En cela, les dispositifs physiques permettent d’informer les citoyens. Pour ce qui concerne les enquêtes publiques, cela relève du réglementaire et des procédures.

Quels sont pour vous les limites de ces dispositifs ?

La diversité des habitants touchés par ces dispositifs physiques reste faible et, au final, peu représentative. De plus, ils peuvent refléter des formats parfois peu dynamiques, qui demandent en outre un savoir-faire en médiation. La pédagogie du “travailler ensemble” et de la concertation demande un temps long pour arriver à dépasser l’intérêt individuel et le côté “liste de doléances” que peuvent susciter ce type de dispositifs.

Quelles concertations numériques avez-vous déjà mené avec iD CITY ?

Avec la plateforme numérique proposée par iD CITY, nous avons mis en place un recueil de propositions d’actions auprès des habitants dans la phase d’élaboration de l’Agenda 21 local. Nous avons réitéré l’expérience dans le cadre de la modification du zonage du plan local d’urbanisme d’un quartier de Concarneau, en l’occurrence le quartier Foch.

Quels sont selon vous les avantages d’utiliser une plateforme numérique pour associer les citoyens ?

Avoir recours à une plateforme numérique permet de se donner les moyens de toucher un public plus large et plus diversifié. Cela crée également une dynamique davantage en phase avec l’échange d’informations via les réseaux sociaux. Parmi les avantages, il y a aussi celui d’investir un champ de la concertation qui est complémentaire des dispositifs physiques et adaptés à de nouveaux rythmes de vie. L’utilisation d’un volet numérique est proactif car il permet d’aller au devant des habitants et de faciliter leur participation.

Quels résultats et avantages obtenez-vous avec iD CITY en complémentarité des dispositifs physiques existants ?

Concrètement, grâce à la complémentarité de la plateforme numérique, plus d’une centaine de personnes non habituées des dispositifs physiques classiques se sont exprimées, pour un total de 100 propositions pour l’Agenda 21 (et autant de commentaires, avec seulement deux modérations nécessaires !) et autant pour la concertation sur le quartier Foch.

Sur quels prochains projets pensez-vous mener une concertation incluant un volet numérique ?

Nous projetons de mener une concertation sur le réaménagement des abords de l’espace jeune, ainsi que pour le projet de réaménagement de la place du Général de Gaulle située en centre-ville.

En quoi le recours à la concertation numérique peut-il faire évoluer la manière de gérer les collectivités ?

Le recours à des concertations numériques fait évoluer la manière de gérer une collectivité car elles participent à la modernisation du service public. Elles contribuent aussi à la prise en compte de la parole citoyenne. Or nous constatons une demande de plus en plus forte de la part des habitants à ce sujet.

En quoi la concertation numérique peut-elle contribuer à renforcer le lien de proximité entre élus, agents et citoyens ?

Les concertations numériques peuvent contribuer à renforcer le lien de proximité entre élus, agents et citoyens à la condition que la concertation s’inscrive dans un ancrage local avec une réelle contribution à la prise de décision par les élus au final. Elles peuvent aussi faciliter l’acceptabilité sociale et changer le regard des habitants, non seulement sur les agents municipaux mais aussi sur les projets municipaux. Elles ne peuvent que renforcer le sentiment d’être à l’écoute en donnant aux habitants les moyens concrets de pouvoir participer à une concertation citoyenne, dans un cadre avec des règles du jeu claires et définies à l’avance pour éviter tout risque de démagogie.

Super Saillans : une anomalie démocratique ? (2/2)

Notre échange avec Tristan Rechid, initiateur de la méthode de gouvernance partagée de la commune de Saillans, continue. Vous pouvez (re)découvrir les caractéristiques de sa méthode participative et l’actualité de la commune dans le précédent article. Au programme : la nécessité de diffuser la culture de la participation chez les citoyens, la diffusion du modèle de Saillans et le symptôme que sa médiatisation révèle.

Une culture de la représentation profondément intériorisée

L’exemple de Saillans est riche en enseignements car c’est vraisemblablement un des contextes locaux français les plus favorables au développement de la participation citoyenne et pourtant la municipalité rencontre également des difficultés à élargir ses publics. Selon Tristan Rechid, la principale cause est « éducative et culturelle ». Une partie des Saillansons seraient encore imprégnés des anciennes pratiques de gouvernance verticale et d’une « sacralisation de l’élu tout puissant ». De leur point de vue, des élus ont été choisis et les habitants n’ont plus à se charger de la vie publique locale et viendront « râler quand ils ne seront pas d’accord avec les décisions ». Ainsi, une bonne partie des citoyens ne verraient pas l’intérêt de la participation citoyenne.

En cause, une « culture jacobine » qui conduit les citoyens à rechercher un « chef ». Tristan Rechid met en cause cet héritage qui a « réussi à mettre dans la tête de l’essentiel des habitants qu’ils n’ont pas l’expertise et qu’ils ne sont pas légitimes pour penser les affaires publiques. On leur a demandé de rester dans leurs affaires privées et de laisser les affaires publiques à une partie de la population qui finit par décider de tout sans prendre le moindre avis ». Un des enseignements de l’expérience de Saillans, c’est que les héritages culturels semblent, à court terme, avoir plus d’influence sur les citoyens que les discours politiques aussi volontaristes soient-ils. Dans cette perspective, il sera intéressant d’observer si les jurys citoyens mis en œuvre à Saillans parviendront à diffuser chez la population une culture de la participation.

Elections municipales de 2020 : de nouveaux Saillans en perspective ?

A l’approche des élections municipales de 2020, se pose désormais la question de la diffusion du modèle de gouvernance partagée de Saillans. Est-ce qu’en 2020, d’autres communes pratiqueront une méthode similaire ? Pour cela, Tristan Rechid annonce qu’il existe un prérequis essentiel : « il ne suffit pas de former un groupe d’amis qui pensent la même chose et qui vont se présenter hors partis politiques. La question est de fabriquer un projet, un programme avec des gens qui ne pensent pas pareil ». L’élaboration d’un programme participatif nécessite de faire l’objet de « débats contradictoires et d’une écoute active » afin que les citoyens ne reproduisent pas la création d’un programme partisan classique.

Tristan Rechid a fait de la diffusion des méthodes de gouvernance partagée sa vocation et son activité professionnelle. Depuis trois ans, il parcourt les routes de France pour partager auprès d’autres groupes de citoyens les enseignements de Saillans et leur donner la boîte à outils nécessaire du changement. Concrètement, il les forme aux outils d’intelligence collective, de type sociocratie, et les « accompagne vers la première étape qui les mèneront vers la création d’une liste participative ».

Selon Tristan Rechid, dans plusieurs centaines de communes, des groupes de citoyens désirent mettre en place des méthodes de gouvernance partagée. Il en a accompagné, à lui seul, près d’une soixantaine. S’il existe de nombreux projets similaires aux quatre coins de l’hexagone, il est néanmoins impossible de savoir combien de ces groupes déposeront effectivement des listes participatives et combien remporteront les élections. Il faudra attendre 2020 pour avoir la réponse.

Nous pouvons également nous interroger sur les conditions de la diffusion des méthodes de Saillans à des communes d’une plus grande échelle. Entre une commune de 1 200 habitants et une autre de 20 000 habitants ou plus, il existe d’importantes différences organisationnelles, administratives, sociales, etc. Ce changement d’échelle est-il rédhibitoire ? Tristan Rechid affirme que non et pour cela il s’appuie sur l’exemple du mouvement municipaliste espagnol dont des communes comme Barcelone ou Séville font partie. Le mode de fonctionnement de ces villes n’est pas identique à Saillans mais elles ont comme point commun : « une vraie volonté de faire en sorte que la tête décisionnaire soit nourrie par la base ». Selon Tristan Rechid, ce modèle fonctionne grâce à sa proximité avec les citoyens. En effet, le projet politique de ce mouvement se décline en pratique par la mise en place d’assemblées locales de proximité. La clé de la participation dans les grandes villes serait de « découper son territoire en plusieurs parties, constituer des assemblées locales dans tous ces territoires et créer une assemblée décisionnaire centrale qui est composée de membres de chacune de ces assemblées locales qui ont été créées ». L’enjeu est de découper son territoire en zones qui ont du sens : « Faire une assemblée locale à l’échelle d’un arrondissement parisien ce serait complètement stupide. Ce serait considérer que tous les gens de l’arrondissement vivent dans leur quartier de la même manière donc ça ne peut pas fonctionner ». Le budget participatif de Porto Alegre avait à l’origine une organisation territoriale de ce type.

Saillans : symptôme d’une anomalie démocratique ?

En 2014, la commune de Saillans est devenue un objet médiatique. Ce soudain emballement interroge Tristan Rechid : « pourquoi est-ce qu’on parle autant de Saillans ? Saillans c’est une bande de beatnik pas formée, pas conscientisée, qui décide juste de changer un peu les choses ». Le constat est que malgré la multitude des dispositifs et démarches de participation en France, l’initiative de Saillans s’est distinguée. Sa spécificité : des moyens limités mais une volonté politique en béton armé. Selon notre interlocuteur, ce dernier point est fondamental et les outils et démarches participatives « n’ont pas de sens s’ils ne sont pas soutenus par une volonté politique claire et affirmée ».

Tristan Rechid regrette également que « la participation » demeure un « mot valise » dont « on ne sait pas trop de quoi on parle ». Il estime que beaucoup de municipalités font de « l’enfumage » et se contentent de démarches de consultation. Ce type de pratique est d’autant plus contre productif puisque « souvent les participants se rendent compte que les décisions sont déjà prises, qu’ils n’auront pas le moyen d’infléchir quoi que ce soit et ils cessent de venir ». En somme, la participation on en parle beaucoup mais il reste encore du chemin à accomplir pour que les pratiques soient à la hauteur des discours. Le fait que l’on parle autant de Saillans est révélateur d’une anomalie démocratique. Au sein d’une démocratie qui fonctionne, l’expérience de Saillans ne devrait-elle pas passer inaperçue ?

Nous remercions Tristan Rechid de nous avoir accordé du temps pour réaliser cet entretien. Pour en savoir plus sur son activité, cliquez ici : Démocratiesvivantes.com

Interview d’Alain Tuillière, maire de la Ville d’Aytré

Rencontre avec Alain Tuillière, maire de la Ville d’Aytré, à propos de la plateforme de budget participatif

En complément de dispositifs physiques ponctuels, la Ville d’Aytré (8 800 habitants, située en Charente-Maritime) utilise la concertation numérique dans le cadre du budget participatif afin de toucher un public le plus large possible. Rencontre avec Alain Tuillière, maire d’Aytré. Interview réalisée au cours du mois de février 2018.

Quels sont les dispositifs physiques en place dans votre ville favorisant le dialogue avec les citoyens ?

Nous n’avons pas de dispositifs physiques réguliers favorisant ces échanges. Par contre, nous travaillons beaucoup avec les associations de quartier qui assurent un lien entre les administrés et la Ville. Nous organisons également des réunions publiques ponctuelles pour créer des espaces de dialogue avec les citoyens.
Concernant le budget participatif pour lequel nous avons mis en place un volet numérique afin de mener à bien la concertation citoyenne, nous avions par exemple prévu une urne géante sur la place de la Mairie afin de prévoir un point de collecte disponible 24 heures sur 24.

Quels sont pour vous les avantages de ces dispositifs ?

Les dispositifs physiques restent nécessaires, notamment pour pallier à la fracture numérique et ne pas exclure les habitants qui n’ont pas accès à Internet et qui ne sont pas équipés pour pouvoir participer à une concertation numérique.

Quels sont pour vous les limites de ces dispositifs ?

Les dispositifs physiques restent laborieux : si l’on reprend l’exemple de l’urne, cela nécessite de saisir ensuite, au sens informatique du terme, chaque bulletin récolté pour valoriser leur prise en compte dans le cadre de la consultation sur le budget participatif. Privilégier les votes numériques permet donc un gain de temps et d’efficacité non négligeable puisque cela évite les saisies manuelles, dans un contexte où les budgets de fonctionnement d’une ville sont restreints du fait des baisses de dotation de l’État.

Quelles concertations avez-vous par exemple mené avec iD CITY ?

À ce jour, nous avons mené deux concertations via la plateforme numérique d’iD CITY au sujet du budget participatif.

Quels sont selon vous les avantages d’utiliser une plateforme numérique de budget participatif ?

À l’échelle de notre ville, le recours à une plateforme numérique permet de simplifier la démarche et de toucher un public plus large et/ou absent à nos réunions publiques. C’est un moyen d’intéresser davantage les administrés à la chose publique. C’est l’une des solutions à ne vraiment pas négliger si l’on souhaite intéresser davantage les habitants d’une ville aux questions de citoyenneté. C’est aussi un outil de gestion de projet et d’archivage efficace puisque via une telle plateforme, toutes les informations sur une concertation sont réunies. C’est même indispensable pour accompagner de tels projets.

Quels résultats et avantages obtenez-vous avec iD CITY en complémentarité des dispositifs physiques existants ?

Lors des concertations sur les budgets participatifs, nous avons pu observer que la répartition des participants était plutôt équitable entre celles provenant des dispositifs physiques (l’urne géante située sur la place de la mairie) et celles issues de la plateforme numérique, avec un léger avantage tout de même pour cette dernière. Notre objectif est de renforcer cette tendance afin que la concertation numérique prenne le pas sur les dispositifs physiques.

Sur quels prochains projets pensez-vous mener une concertation incluant un volet numérique ?

Nous comptons mener une concertation incluant un volet numérique dans le cadre de la prochaine édition du budget participatif.

En quoi le recours à des concertations numériques peut-il faire évoluer la manière de gérer les collectivités ?

La consultation citoyenne se dématérialise progressivement. Il s’agit de modifier les usages et d’avoir recours à l’outil qu’est Internet tout en s’assurant de n’exclure personne de ces consultations. Le recours à une concertation numérique permet aussi de toucher des publics habituellement absents des dispositifs physiques, comme les jeunes ou les familles dont les parents mènent une vie active avec des enfants à charge et manquent donc de temps. Concrètement, ces publics sont plus à même de s’exprimer via un vote numérique que de se déplacer jusqu’à une urne située sur la place de la Mairie.

En quoi les concertations numériques peuvent-elles contribuer à renforcer le lien de proximité entre élus, agents et citoyens ?

Il s’agit d’une évolution des usages à intégrer pour être au plus proche des contraintes quotidiennes – notamment en terme de temps et de disponibilité – de nos administrés. La concertation numérique permet d’enlever des barrières à la prise de position et de parole puisqu’elle abolit les contraintes physiques. En ce sens, c’est aussi une forme de prolongement du magazine municipal qui est également gratuit et adressé à tous les habitants. Ce sont des supports qui permettent, chacun à sa manière, de toucher un public le plus large possible.

Super Saillans : commune la moins opaque de France (1/2)

La commune de Saillans (1 229 habitants) est arrivée subitement sous les feux des projecteurs des observateurs des innovations démocratiques au crépuscule des élections municipales de 2014. La raison : l’arrivée à la tête de la mairie d’une nouvelle équipe dont le crédo est « le politique c’est l’habitant ». Quatre ans après l’effet de surprise, iD City s’est entretenu avec Tristan Rechid, initiateur de la méthode de gouvernance partagée de Saillans, pour échanger sur les évolutions et le devenir de ce modèle participatif.

Le soulèvement citoyen Saillansons

Le sursaut d’origine provient de la décision unilatérale du maire sortant d’accepter l’installation d’un supermarché à l’entrée du village. Cet élément déclencheur a sonné le ras-le-bol d’une importante partie du village quant à des méthodes jugées « autoritaires » par Tristan Rechid. A 6 mois des élections municipales de 2014, les habitants de Saillans n’avaient guère le choix puisque seule une liste se représentait : celle du maire sortant. En posant ce constat, un groupe d’habitants s’est réuni et s’est posé une question : « est-ce que nous souhaitons subir ce type de fonctionnement pendant six années supplémentaires ? ». La réponse était de proposer une alternative radicalement différente : « On était à 6 mois des élections, on organise une réunion et on dit aux gens qu’on n’a ni programme ni candidat ». Le crédo « le politique c’est l’habitant » prend ici tout son sens puisque les candidats désignés sur la liste municipale n’ont pas pour rôle de définir un programme et de le proposer, mais bien d’accompagner l’émergence d’un programme produit par les habitants eux-mêmes. Tristan Rechid nous précise que dès le départ « il y a un renversement de paradigme qui considère qu’il ne s’agit pas seulement de consulter les habitants, mais que ce sont aux habitants de définir la pensée collective ».

Une méthode de gouvernance participative inédite

Une fois élue, à la surprise générale, la nouvelle équipe municipale dont aucun membre n’avait déjà eu de mandats a pu développer et expérimenter de nouvelles pratiques. La méthode de gouvernance participative de Saillans s’appuie sur trois principes. Le premier, c’est la transparence, c’est-à-dire l’accès de tous à l’information municipale. La collégialité est un deuxième principe qui conduit à répartir le pouvoir entre les mains de plusieurs personnes et non dans les mains d’une seule. Enfin, la participation des citoyens à la gestion de la commune est le troisième principe fondateur. Ce dernier vise à reconnaître et légitimer aux yeux de l’institution municipale l’expertise d’usage des habitants. Pour autant, le recours à l’expertise d’usage des habitants n’est pas exclusif selon Tristan Rechid : « il ne faut pas non plus tomber dans l’extrême et dire que l’habitant détient toutes les expertises. On fait appel à des experts quand on en a besoin. Mais il faut reconnaître comme élément central et comme pivot l’expertise d’usage ».

Dès lors, comment se prennent les décisions à Saillans ? Tristan Rechid nous explique que le schéma théorique de Saillans n’exclut pas la démocratie représentative : « elle ne posait pas de problème si on considérait que l’élu intègre l’organe exécutif et qu’il ne fait que représenter la parole des habitants ». Les décisions se prennent donc toujours au sein de l’organe exécutif réglementaire d’une commune, le conseil municipal. Cependant, à Saillans, il est demandé aux élus de ne pas présenter leur opinion personnelle mais plutôt : « de venir avec le fruit du travail qu’ils ont co-animé durant les séquences de co-construction avec les habitants ».

L’architecture participative originale de Saillans est composée de quatre espaces participatifs. Les commissions thématiques traitent des différentes compétences de la commune et même de certaines compétences extra-municipales desquelles la commune ne souhaite pas être complètement dépossédée (compétence économique par exemple). Tristan Rechid les décrit : « dans les commissions thématiques le but du jeu est de faire un diagnostic sur la thématique et d’envisager trois projets d’habitants à mettre en œuvre dans l’année ». Les projets issus de la réflexion des commissions thématiques sont précisés et élaborés au sein des Groupes action projet (GAP) : « Le Groupe action projet est une instance de co-construction, ce n’est plus une instance d’analyse mais bien de la co-construction de projets mis en exergue par les commissions thématiques » souligne Tristan Rechid. Une fois que les GAP ont finalisé leurs projets, les commissions thématiques dressent un bilan et étudient de nouvelles pistes d’action.

Schéma du fonctionnement collégial et participatif de la commune de Saillans

Source : http://www.mairiedesaillans26.fr/

Parallèlement aux deux premiers dispositifs, le Conseil des sages, renommé Observatoire de la participation, veille à la politique participative de la commune, puis « fait figure de laboratoire d’expérimentations, de recherches et produit des rapports pour les élus pour essayer de répondre aux dysfonctionnements observés ». Enfin, le dernier dispositif phare du schéma municipal participatif de Saillans est le comité de pilotage. Le bureau exécutif (aussi appelé bureau municipal dans d’autres communes) au sein duquel le maire et les élus de la majorité prenaient toutes les décisions au quotidien, lors de l’ancien mandat, a été supprimé. Tristan Rechid complète : « On l’a remplacé par un comité de pilotage où sont réunis tous les élus, y compris de l’opposition. Ils se voient tous les jeudi soir de 20h à 23h. Ces séquences se font en présence de tous les élus et est ouverte au public ». L’architecture participative de Saillans est ainsi composée d’un savant assemblage de diagnostics citoyens, de phases de co-construction, d’évaluations, d’expérimentations et d’une importante dose de transparence.

Un jury citoyen pour redynamiser la participation citoyenne

Après quelques années d’expérimentation du schéma participatif de Saillans, l’Observatoire de la participation a identifié quelques limites : « La difficulté des projets émergents via les groupes actions projet c’est qu’on pouvait parfois être à côté des projets structurants et plutôt sur des sujets annexes ». Le risque était de tomber à leur tour dans les travers classiques de multiples dispositifs de participation qui ne traitent que de sujets secondaires à faible enjeux politiques. Afin d’éviter ceci, la municipalité a lancé l’expérimentation d’un jury citoyen pour élaborer le nouveau Plan Local d’urbanisme (PLU) de la commune. Tristan Rechid nous présente les motivations de mise en œuvre de ce nouveau dispositif : « L’idée du jury citoyen, c’est partir du constat que les élus ne sont pas forcément plus formés que le reste des habitants sur les questions d’urbanisme. Il n’y a aucune raison pour qu’on considère que les élus sont plus à même que les habitants de définir un PLU ». Afin de décliner cette idée en pratique, la commune a procédé à un tirage au sort pour élargir le dispositif à des habitants qui n’ont pas l’habitude de s’exprimer au sein des espaces participatifs. C’est aussi une garantie d’impartialité pour ne pas pouvoir être accusé d’élaborer un projet politiquement sensible entre sympathisants de la municipalité.

Ce processus de jury citoyen a débuté il y a un an et va plancher dessus pendant trois ans. Il est composé de cinq élus et de douze citoyens tirés au sort selon des critères d’âge, de répartition par quartier et selon la catégorie socio-professionnelle. Concrètement, le jury citoyen assiste à des formations sur l’urbanisme et effectue en parallèle un travail technique pour aboutir à la définition du nouveau PLU. Selon Tristan Rechid, ce processus délibératif permet l’empowerment des citoyens : « On permet à des habitants de se former sur des sujets complexes et ça permet aux habitants de commencer à toucher du doigts les arcanes du pouvoir et des prises de décisions dans une municipalité ». Si ce dispositif donne satisfaction, Tristan Rechid aimerait bien que la commune de Saillans l’utilise de nouveau sur d’autres sujets politiquement sensibles et l’intègre durablement dans ses pratiques.

De nombreux défis relevés et à venir

L’aventure de Saillans est ponctuée de défis vaillamment relevés. Un des plus remarquables est celui de la refonte des pratiques de transparence. Tristan Rechid affirme que Saillans est « la commune la moins opaque de France ». Nous ne pouvons le vérifier mais les actions réalisées soutiennent ce sentiment. Une des premières actions a été d’installer des panneaux d’affichages dans tous les quartiers du village, de sorte à assurer la diffusion des décisions prises. De même, un site Internet consigne l’ensemble des comptes rendus des réunions participatives menées (plusieurs centaines). Tristan Rechid précise la méthode : « Tout ce qui se passe à Saillans est consigné sur le site Internet avec des correcteurs bénévoles qui relisent tout et mettent en ligne ». La municipalité produit également une lettre d’information « mais non une lettre d’information de propagande » souligne notre interlocuteur. Ici, il ne s’agit pas de communiquer autour des actions menées par la commune mais de valoriser « les actions des habitants soutenues par la mairie ». Une subtilité qui a de l’importance et qui s’apparente à une des principales fonctions d’une mairie selon Tristan Rechid : « soutenir les projets des habitants, les projets intelligents, qui apportent une plus-value au village ». Une chose est certaine, si un habitant de Saillans cherche une information municipale, il la trouve.

Sur la dimension participation citoyenne, le laboratoire d’expérimentations de Saillans s’est appuyé pendant plusieurs années sur une équipe d’une vingtaine d’habitants volontaires pour animer les nombreuses réunions. Tristan Rechid a assuré quelques sessions de formation à ces habitants avant qu’ils se lancent dans le grand bain. Aujourd’hui, la mairie dispose d’un salarié en emploi aidé pour assurer les animations participatives. Vu le budget serré de la commune, la création de ce poste est une preuve supplémentaire que la participation citoyenne est une caractéristique fondamentale du projet politique de la municipalité. Dans la méthodologie de gouvernance partagée de Saillans, les réunions participatives sont préparées par un binôme composé d’un élu et d’un animateur. Pour garantir la sincérité des démarches, les réunions sont animées en tant que tel par les animateurs. Pour Tristan Rechid ce point est primordial car « on ne peut pas donner à la fois la possibilité de prendre la décision in fine et puis d’accompagner le processus de prise de décision ».

En terme quantitatif, les chiffres de participation de Saillans peuvent faire pâlir de nombreux élus et agents dédiés à la démocratie participative. Tristan Rechid affirme qu’une « centaine d’habitants sont plutôt actifs, voire très actifs » au sein des réunions participatives. Ce qui signifie qu’un habitant adulte sur neuf s’investit régulièrement pour la vie publique locale. Pourtant, ce chiffre qui explose les compteurs de participation de la plupart des communes ne satisfait pas notre interlocuteur : « De mon point de vue je ne trouve pas ça décevant mais je me dis que le chemin va être long ». Le radical changement de pratiques de Saillans a immédiatement séduit une partie de la population. Même une élue de l’opposition a « décidé de rentrer dans le jeu et être référente d’une commission thématique » en seulement six mois de bouleversements des pratiques.

Cependant, la méthode de gouvernance partagée semble se heurter à des facteurs culturels et éducatifs fortement ancrés chez une autre partie de la population (nous y reviendrons dans un prochain article). Le « bouleversement des consciences » souhaité par Tristan Rechid demande du temps et ne se produira que sur le moyen et le long terme. Hormis ces facteurs culturels, la municipalité se heurte plus classiquement au manque de temps disponible des habitants. Malgré l’essai de plusieurs jours et horaires de réunions, il demeure compliqué d’attirer les personnes ayant des contraintes professionnelles et familiales importantes.

En quatre ans d’existence, la méthodologie participative de Saillans a évolué au gré des expérimentations et des difficultés rencontrées. De nombreux défis et pistes d’évolution sont encore à venir et la municipalité conserve sa ligne de conduite : « le politique c’est l’habitant ». La spécificité de Saillans est finalement simple : la commune harmonise son discours et ses actions. Une politique identique en paroles et en actes. Néanmoins, dès l’arrivée au pouvoir de la nouvelle équipe municipale et de sa méthode, la commune de Saillans est devenue un objet médiatique. Cette attention soudaine des médias n’est-elle pas révélatrice d’une anomalie démocratique ? Nous tenterons de décrypter ce phénomène dans notre prochain article.

Nous remercions Tristan Rechid de nous avoir accordé du temps pour réaliser cet entretien. Pour en savoir plus sur son activité, visitez le site www.democratiesvivantes.com.

Retrouvez dans quelques jours notre prochain article. Pour ne rien rater, suivez nous sur les réseaux sociaux : Twitter et Facebook